Nouvelle exposition collective au Centre Culturel Communal de Pierrefitte du 25 Mars au 13 Avril 2019 .

VERNISSAGE 23 Mars 2019 à 11H30 Espace Maurice-Utrillo

L’exposition sculpture du CCCP regroupe six artistes issus d’horizons variés, et mettra en lumière le travail de Philippe Parrinello, invité d’honneur.

Cette exposition a été conçue autour d’un parti pris formel, la connivence entre les artistes se crée autour des sujets traités. Les œuvres présentées parlent de l’humain, au sens large et questionnent son rapport au monde. On entrevoit la figure humaine, récurrente, en creux ou en plein dans toutes les œuvres.

Ainsi, ce fil conducteur se retrouvera tout au long de l’exposition. On se délectera des sculptures d’Aurélien Lam Woon Sin où les mythes fondateurs se devinent comme des architectures. On s’arrêtera peut-être pour observer les animaux facétieux de Marina Legall, pris sur le vif et prêts à s’enfuir. On s’étonnera sûrement de la féerie des hybrides de Madeleine Calafell, qui nous raconteront des fables extravagantes. On s’interrogera sur les organes incongrus de Zoé Moineaud, en cherchant à comprendre leur fonctionnement. On passera à côté des objets de Ninon Hivert qui nous rappellent toutes ces choses qui nous échappent au quotidien.

Tous ces artistes utilisent des gestes millénaires, en modelant la terre ou en taillant
le bois comme Philippe Parrinello dont le travail se définit par sa matière même, le bois, cette matière vivante. Philippe taille, ce qui signifie qu’il est dans l’économie. Il enlève de la matière, contrairement au céramiste, qui en ajoute. Il fait apparaître des formes, des différentes essences de bois qu’il utilise. Ce sont elles qui lui suggèrent ce qui adviendra. Un dialogue intime avec l’artiste s’instaure.
Les formes de Philippe ont été complexes, souvent, torturées ainsi qu’en témoignent ces bas-reliefs, plus anciens. Mais c’est quand il est exhaustif que s’affirme sa pensée. Une simplicité brute, une économie de signes. Comme dans cette série de grotesque, plus récente, où le masque et le déguisement est réduit à son substrat. Il va à l’encontre du décoratif. L’homme et son masque seulement.
Philippe, pour notre plus grand plaisir, aura pris le temps de créer une œuvre spécialement pour le salon, petit témoignage de son engagement et de sa générosité. Un point commun essentiel qui fédère les artistes que nous vous proposons de découvrir, seul ou accompagné des personnels du centre, lors de visites ou d’ateliers.
Alors n’hésitez pas et franchissez nombreux la porte du centre.
ÉDITO
PHILIPPE MARCUS
ET L’ÉQUIPE DU CCCP.

À propos de Philippe PARRINELLO

contact@philippeparrinello.fr
Ce contenu a été publié dans Expositions, Sculptures, textes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.