8 SERIES DE DESSINS EN DIAPORAMA

Rome Antique Machine 2017:

Bilba-Côme:

Dessins sans frontières :

Corps en périls :

Les autres :

Les masques :

Aquarrelles Portugaise :

L’arbre sculpte :

Publié dans Dessins | Commentaires fermés sur 8 SERIES DE DESSINS EN DIAPORAMA

Mars à Juillet 2017 oeuvres

MON ÉCORCHÉ, Cèdre bas-relief 117x58cm


MON GOLEM, Marronnier polychrome 47x40x49cm
FEMME COMBINÉE, Frène polychrome 83x27x16cm
FEMME MASQUE, Poirier polychrome 71x20x24cm
FEMME DEBOUT, Noyer 78x20x17cm
MASQUE (Élan), Boulot et Chêne 105x27x20cm
MASQUE, Boulot et Chêne 98x20x25
FEMME EN TAILLEUR, Cerisier 75x37x25cm
HOMME DEBOUT, cerisier 100x22x17cm

Publié dans Sculptures | Commentaires fermés sur Mars à Juillet 2017 oeuvres

Exposition Livry-Gargan 2017

NOUVELLE EXPOSITION
16 oeuvres présentées
Vernissage de l’exposition
Samedi 25 mars 2017 à 11 heures
CHÂTEAU DE LA FORÊT – PARC LEFÈVRE 62, avenue du Consul-Général-Nordling T. 01 43 88 71 46 www.livry-gargan.fr
Exposition du 22 mars au 9 avril 2017 Du mercredi au dimanche, de 14h à 18h

Publié dans Expositions, Sculptures | Commentaires fermés sur Exposition Livry-Gargan 2017

Le Syndrome des Tourelles

NOUVELLE EXPOSITION

Au Château des Tourelles: 19, Av de la Maréchale le Plessis-Trévise 94420.
du 6 au 30 Janvier 2017
VERNISSAGE LE VENDREDI 13 JANVIER 2017

En compagnie de 3 autres artistes: Marina Le Gall, Philippe Marcus et Thomas Perino, je présente vingt sculptures dont mes derniers bas-relief.

OUVERT DU LUNDI AU VENDREDI DE 14H A 17H ET SAMEDI ET DIMANCHE DE 15H A 18 H


Ma dernière réalisation, exposée ici en installation, GÉNÉRATION 1 ET 2, bas-relief en hêtre polychrome patiné de 2mx40cmx4cm.

Quelques autres vues de l’exposition.

Publié dans Expositions, Sculptures | Commentaires fermés sur Le Syndrome des Tourelles

Participation au 15e salon des Arts Plastiques de Pierrefitte au CCCP

INSTALLATION « EUX » 3 pièces de marronnier montées sur fer à béton soclées et posées sur un drap noir peint 145x140x216cm.

Publié dans Sculptures | Commentaires fermés sur Participation au 15e salon des Arts Plastiques de Pierrefitte au CCCP

Exposition Paris Galerie Peugeot

Publié dans Expositions, Sculptures | Commentaires fermés sur Exposition Paris Galerie Peugeot

Exposition en 2 temps RDV d’ART à la l’Espace Christiane Peugeot.

1/ TEMPS: EXPOSITION COLLECTIVE du 9 au 27 Novembre 2016 à l’ESPACE CHRISTIANE PEUGEOT 62 Av de la Grande Armée 75017 Paris.

Seront Presentées dans l’exposition permanente:


Le guerrier – Platane, 62 x 47 x 52 cm


Femme au socle bleu – Cèdre, 95 x 21 x 25 cm


Corps noir Bois 77 x 20 x 20 cm

2/TEMPS: LE 18 NOVEMBRE de 11h à 21h exposition en duo d’un jour avec le photographe Pascal Goet dans une des salle de la galerie.
13 pieces seront présentées (photos à venir).

Publié dans Expositions, Sculptures | Commentaires fermés sur Exposition en 2 temps RDV d’ART à la l’Espace Christiane Peugeot.

Exposition Parcours d’artistes 2016 au Passerelles à Pontault-combault

INSTALLATION: INCARNATION LA LOUVE


Présentation d’une installation dans le cadres de l’exposition collective Parcours d’Artistes du 18 octobre au 2 décembre 2016.

contact@philippeparrinello.fr

Publié dans Expositions | Commentaires fermés sur Exposition Parcours d’artistes 2016 au Passerelles à Pontault-combault

Faux amis

LE ROI DES ANIMAUX, Noyer, 40x33x40 cm

Publié dans Sculptures | Commentaires fermés sur Faux amis

Contribution/Réflexion

UN ARTISTE OBSTINE, texte de Stephanie Gallet.

Ce n’est pas si fréquent de croiser la route d’un sculpteur. Philippe Parrinello en est un. Il a installé son atelier à Montfermeil en Seine Saint Denis à proximité des grands arbres de la forêt de Bondy. Il travaille au rez de chaussé d’une maison au milieu des ponceuses, des ciseaux et des pièces de bois qui attendent d’être sèches. Il vit en famille, entouré de ses sculptures et dès son jardin des figures grimaçantes vous accueillent…

Visiter Philippe Parrinello à l’œuvre, c’est comprendre qu’en sculpture si rien n’est impossible, rien n’est instantané.

En novembre 2015, Philippe Parrinello proposait à Pontault-Combault « La Venus et l’Esclave ».  Cette installation présentait deux grands bas-relief posés sur un dialogue, extrait d’un film de John Cassavetes (Shadows). L’occasion pour lui de rendre hommage au cinéaste américain à l’origine de son ambition artistique, de reprendre à son compte le regard sur l’art de l’auteur de « Faces ». Réaliser une œuvre, trouver son identité d’artiste, c’était avancer sur une voie d’épure et d’autonomie, c’était choisir un médium qui soit un chemin vers soi et vers les autres.

Pour Philippe Parrinello, ce chemin, c’est la sculpture.

Sculpter, c’est maitriser un geste… Il s’agit d’enlever des extraits d’un bloc pour insuffler une histoire. Tourner autour d’une pièce ou d’une installation de Philippe Parrinello c’est entrer dans un monde, découvrir des personnages, des paysages et une profusion de symboles. Presque qu’un film en soi…

Sculpter, c’est une rencontre avec la matière : ici le bois. Matière noble, riche de son vécu, sur laquelle le sculpteur va s’appuyer pour trouver la veine du récit que ses outils vont creuser.

Si l’on peut dire que la graine se souvient de l’arbre qu’elle était, avec Philippe Parrinello la sculpture n’oublie pas l’arbre qu’elle a été. Malgré des heures de ponçage, malgré les laques, les vernis, les colles, le végétal ne disparaît pas sous l’œuvre. Il est toujours là, présence sous-jacente au langage éloquent. Dans la « Femme Babel », le tronc est bien là mais déjà la femme s’élance, déjà la ville s’anime. Avec « Les amants », c’est un arbre présence maternelle et rassurante qui héberge leur danse. Dans l’étrange série des « Pacmans », l’arbre est encore là… D’un nœud il fait un œil aux aguets. D’une fente, il fait un sexe offert.  D’une branche, un bras levé …

Sculpter, comme une rencontre entre deux corps, celui de l’arbre bien sur mais aussi celui du sculpteur. Un corps à corps parfois violent, parfois caressant.

Mais attention, sculpter ce n’est pas que porter des coups ou les retenir. Le corps à corps commence dans le regard. Sans aller jusqu’à parler de méditation, il y a dans la pratique de Philippe Parrinello de longs moments de contemplation devant ce qui n’est encore qu’un morceau de bois. Quelle histoire emprisonnée sous l’écorce va-t-il pouvoir libérer ?

Tout cela ne va pas jaillir instantanément. Sculpter est un travail de patience mais surtout un travail physique. Et on retrouve là, chez lui une sorte de fraternité silencieuse avec tous ceux qui donne de leur chair pour faire leur métier… Ici le travail est manuel. Ici on donne de sa personne… ici on crée…

Philippe Parrinello a réalisé  beaucoup d’autoportraits mais le plus émouvant, le plus juste  est sûrement cette énorme main en chêne, offrande, à la fois puissance et fragilité …

Une sculpture nous dit Philippe Parrinello, c’est une portion de temps, un engagement dans la durée. Pour le spontanée, l’instant croqué, il y a le dessin, l’aquarelle. Des techniques plus souples, plus mobiles qui permettent de fixer les idées, les images et de préparer ou de répondre aux travaux sculptés. Car tout se répond, tout fait sens. L’idée de continuité entre les pièces est essentielle. Pas de dates de création sur les œuvres mais à chaque fois des signes qui comme des fils invisibles tissent des liens entre chaque pièces.  Petit à petit nous dit l’artiste, l’idée s’est imposés de fabriquer un territoire, un petit peuple comme les personnages d’un film : Les Corps de bois …

Le sculpteur est un démiurge… Des formes anthropomorphiques vont naître de sa main.

Les Corps de bois… Des êtres étranges aux yeux parfois plus vrais que nature.  Mi-homme, mi-animal, être mutant…  Homme à tête de souris ou d’âne ou même d’oiseaux, femme louve, centaure… A moins que tout cela ne soit que des masques… Philippe Parrinello travaille les corps… Allonge une tête, étire un membre. La mutation est bien là,  à l’œuvre sous nos yeux.

Qui sont tous ces monstres que nous montre le sculpteur ? D’où viennent-ils ? Du fin fond de nos cauchemars, de nos forêts primitives, des mythes anciens ?  A moins que, peurs  bien plus contemporaines, ils se soient échappés des fantasmes d’un savant fou …

Nous avons oublié les récits fondateurs de notre humanité. Philippe Parrinello nous les rappelle. C’est toute une mythologie qui s’aligne devant nous, une petite armée de corps de bois bien décidée à prendre vie …

Qu’est-ce qu’un homme ? Qu’est-ce qu’une bête ? Avons-nous oublié notre état de nature ?

C’est tout cela que nous disent les Corps de bois. Message discret, leur cri est couvert, il ne s’impose pas. Philippe Parrinello n’a jamais fait de son art un étendard mais il nous propose bien un regard sur le monde. Regard angoissé sur ce monde animal dont nous nous éloignons comme un radeau à la dérive … Regard inquiet sur la violence omniprésente … Les djihadistes sont tristes, les rois se transforment en char, « Les naufragés » tendent leurs bras et les  armes sont tapies au cœur du couple. Image récurrente du labyrinthe où chacun peut se perdre et où chacun cherche son fil d’Ariane.

Et puis il y a les tags, ces chiffres plus ou moins lisibles, qui petit à petits se sont mis à couvrir certaines de ces pièces à l’image de ce monde où tout est numérisé … Tout se compte et se décompte… Tout se calcule … Les chiffres dévorent notre monde, nous submergent comme ils recouvrent « La Pasquina » ou « La Pomone ». Logique implacable à l’œuvre qui engloutit avec elle la nature, les récits primitifs mais aussi nos désirs intimes … Aujourd’hui nous dit l’artiste, il faut être bien attentif pour réussir à discerner les pulsations du monde réel derrière le vacarme du binaire.

« Mes corps de bois peuplent un territoire qui réfléchit le notre » : un credo puissant pour un artiste obstiné.

Stéphanie Gallet

Septembre 2016

 

Publié dans textes | Commentaires fermés sur Contribution/Réflexion